Lumbres et les Lumbrois 

à travers l'histoire

Retour à la page d'accueil  

 

La conférence de Jean-Claude Leroy

 

Jean-Claude Leroy, député de la plus grande circonscription de France, a tenu sa conférence de presse annuelle. En voici les points forts:

  • Jean-Claude sera candidat à sa succession lors des législatives de 2007, toujours dans cette circonscription qui ne sera pas découpée comme le bruit en avait couru.

  • II s'inquiète de la dégradation de l'emploi, surtout en Audomarois qui connaît un chômage galopant et des perspectives peu réjouissantes à Arc International. Il estime que " l'Etat ne prend pas la pleine mesure des problèmes posés". Il loue les efforts des collectivités locales qui ont réagi en proposant des zones d'activités, l'aménagement de routes, mais les seules réactions sont locales. Il souhaiterait donc que l'Etat use des leviers importants qui sont à sa disposition pour faire valoir notre région (environnement humain, cadre de vie, capacité d'accueil, positionnement intéressant en Europe)

  • Il se pose en défenseur ardent des services public. L'abandon du projet d'abattoir régional peut aider au maintien de celui de Fruges et créer autour des activités de valorisation de la viande avec un réseau de PME/PMI. Il imagine un même essaimage de PMI/PME sur l'axe Setques-Lumbres, située à un noeud routier important, et pourquoi pas une zone d'activité Surques-Escoeuilles. Il s'accorde à penser que le transfert des routes nationales vers le département est un marché de dupes et il regrette le désengagement de l'Etat, à propos de la fermeture d'antennes de la DDE. "On étrangle le service public" A terme, il y a risque de catastrophes si on suit une logique qui avantage les actionnaires au détriment des usagers.

  • Il s'est réjoui de l'aboutissement de la Maison de la Pierre à Bouvelinghem. Il aimerait que se concrétise le projet d'un centre spécialisé pour les malades d'Alzheimer à Esquerdes.

  • Il souhaite, au vu de la situation actuelle, le rétablissement de la TIPP flottante et se montre très favorable aux biocarburants.

  • Il revendique son non personnel au référendum du 29 mai et estime en la matière qu'un peu de patience est nécessaire dans la perspective d'une relance de l'Europe.

  • Il ne s'inquiète pas outre mesure des remous qui agite le PS, même s'il reconnaît le climat peu serein et les divisions réelles.